თავდასხმები ყურეში: საუდის არაბეთი პასუხობს, ემირატები "ძალიან ფრთხილი" - JeuneAfrique.com

Avec le sabotage de quatre pétroliers au large des côtes émiraties, puis l’attaque de drones, revendiquée par les Houtis, contre deux pipelines saoudiens, le Golfe a connu une semaine sous haute tension. Les Émirats jouent l’apaisement, tandis que l’Arabie saoudite hausse le ton.

Des drones ont attaqué, mardi dernier, deux pipelines appartenant à la compagnie Aramco. L’opération a été revendiquée par les Houtis, l’organisation armée chiite contre laquelle la coalition menée par l’Arabie saoudite se bat depuis 2015 au Yémen. Jeudi, les autorités saoudiennes ont publiquement accusé l’Iran d’être à l’origine de l’incident.


>>> წაიკითხეთ - Le Golfe sur le qui-vive après de mystérieuses attaques de drones en საუდის არაბეთი


« Ces attaques terroristes, ordonnées par le régime de Téhéran et exécutées par les Houtis, rendent difficiles les efforts politiques en cours », a affirmé le prince Khalid Ben Salman, vice-ministre de la Défense. Des attaques aériennes visant des cibles militaires « loyales aux Houtis » ont été menées jeudi matin dans un quartier peuplé de Sanaa, la capitale du Yémen, entraînant la mort de plusieurs civils. De son côté, le quotidien არაბული ახალი ამბები, proche du pouvoir, a appelé dans son édito du jour à des frappes chirurgicales contre l’Iran.

« L’Arabie saoudite accorde une grande importance à la lutte contre l’Iran dans la région et ne se sent probablement pas aussi exposée que les petits pays du Golfe, analyse pour Jeune Afrique Elizabeth Dickinson, spécialiste de la péninsule arabique à l’International Crisis Group. Mais au bout du compte, une escalade du conflit ne servira les intérêts de personne et pourrait créer de nouvelles fractures dangereuses dans une région fragile. »

Abou Dhabi plus « mesuré »

ეს მუხლი პირველად გამოჩნდა ახალგაზრდა აფრიკა